Système de gestion environnementale

Généralités

Le système de gestion environnementale (S.G.E.) consiste à mettre en place des procédures au sein d’une entreprise permettant de gérer adéquatement les activités comportant des aspects environnementaux dont les impacts affectent ou peuvent affecter la qualité de l’environnement.

Le but d’un système de gestion environnementale est de minimiser, contrôler ou éliminer les impacts négatifs à l’environnement sans pour autant nuire à la santé de l’entreprise.

Pollution 1 En plus de réduire les impacts des activités d’une entreprise sur l’environnement, la mise en place d’un système de gestion environnementale entraîne généralement des effets bénéfiques à plusieurs égards, notamment au niveau de la profitabilité de cette dernière (gestion améliorée, image de l’entreprise, satisfaction des consommateurs, accessibilité aux programmes gouvernementaux et internationaux, motivation et fierté des employés, intérêt des investisseurs, meilleure assurabilité, prévention de la contamination suite à une réhabilitation, etc.).

Plusieurs normes existent pour encadrer la mise en place de systèmes de gestion environnementale (ex. : ISO 14001). Il est cependant tout à fait possible de se doter d’un système de gestion environnementale respectable en s’inspirant d’une norme ou en développant des procédures sans passer par toutes les étapes exigées par la normalisation, et ce, à moindre coût.

Peu importe la façon dont vous choisissez de le faire, Physis Environnement peut vous accompagner dans votre projet d’implantation d’un système de gestion environnemental, et ce, à l’étape qui vous convient (choix du SGE ou de la norme, création, planification, mise en œuvre, évaluation, suivi).

Les avantage

La mise en place d’un système de gestion environnementale entraîne généralement des effets bénéfiques à l’entreprise, notamment :

  • Amélioration de l’image de l’entreprise
  • Satisfaction des consommateurs
  • Augmentation de la motivation et de la fierté des employés
  • Amélioration des relations avec les investisseurs (accès plus facile au capital)
  • Amélioration des relations avec les partenaires commerciaux. Les systèmes de gestion environnementale sont de plus en plus exigés des parties prenantes (notamment à l’étranger)
  • Amélioration des relations avec la communauté locale et acceptabilité sociale
  • Amélioration des relations gouvernementales (accessibilité aux permis, certificats d’autorisation, etc.)
  • Amélioration de la performance de l’entreprise et diminution des coûts (matières premières, énergie), optimisation des procédures, augmentation de la productivité et de l’efficacité de l’entreprise, diminution des coûts associés à la pollution (élimination des matières résiduelles, redevances à la pollution, etc.), augmentation des profits
  • Risques amoindris au niveau des assurances, augmentation de l’assurabilité et diminution des prix

Les normes

La mise en place d’un système de gestion environnementale peut être faite en conjonction avec l’utilisation d’une norme (ex. : ISO 14001). Dans ce cas, des procédures spécifiques doivent être suivies et des audits permettent d’assurer la qualité de la mise en œuvre, l’amélioration continue de la performance environnementale et le suivi du système de gestion environnementale.

Pollution 1 Par ailleurs, le processus de la normalisation peut parfois être contraignant, sa mise en œuvre adéquate peut s’avérer coûteuse en termes de temps, main-d'œuvre spécialisée, suivis, etc., rendant son accès difficile aux petites et moyennes entreprises (PME). Cet état de fait ne devrait pas pour autant dissuader les PME de se doter de systèmes de gestion environnementale pour limiter ou éliminer leurs impacts sur l’environnement tout en améliorant leur performance globale. Il est tout à fait possible de se doter d’un système de gestion environnementale respectable en s’inspirant d’une norme ou simplement en développant des procédures selon certains principes sans devoir passer par toutes les étapes exigées par la normalisation, et ce, à un coût beaucoup moindre.